Sommaire Carte Index Recherche Nouvelles Archives Liens A propos
[Barre Superieure]
[Barre Inferieure]
Ce document est disponible en: English  Castellano  Deutsch  Francais  Italiano  Nederlands  Turkce  

convert to palmConvert to GutenPalm
or to PalmDoc

[Photo of the Author]
par Georges Tarbouriech

L´auteur:

Georges est un vieil utilisateur d'Unix (commercial ou libre). Il travaille au milieu d'une petite dizaine d'OS parmi lesquels il s'occupe de l'administration réseau, du développement, des systèmes... Pour varier les plaisirs, ses loisirs sont consacrés en partie à ses deux vieilles machines (Amiga et NeXT station) et à des projets concernant le logiciel libre.


Sommaire:

Window Maker ou NeXTStep, le retour

[Illustration]

Résumé:

Window Maker 0.61.1 est la dernière version d'un gestionnaire de fenêtres (window manager) à l'apparence NeXT.



 

Présentation

Encore un gestionnaire de fenêtres diront certains. Oui, mais celui-là il sort de l'ordinaire. Si vous en avez assez des succédanés de Windows, Window Maker est fait pour vous.

Dans le monde Linux, il existe un phénomène surprenant: l'inspiration "Windows", ce qui est quand même un comble. Les gestionnaires de fenêtres de base, fvwm et ses dérivés en sont un exemple type. Les environnements, c'est presque pire: KDE est un amalgame de Windows et de CDE. Ce dernier mérite d'ailleurs une parenthèse: il détient probablement la palme du logiciel le plus "buggé" de la planète dans le monde Unix commercial! (En particulier, sous Solaris 2.6, où ils ont carrément oublié de coder certains menus, entre autres joyeusetés).

GNOME, quoique plus original que KDE suit malgré tout le même chemin. Ce constat étant fait, reconnaissons que cette particularité a sans doute contribué à faire venir un certain nombre d'utilisateurs de Windows vers Linux. Cela dit, je n'ai rien contre ces environnements. Ils disposent souvent d'outils très intéressants.

Window Maker est l'oeuvre d'Alfredo Kojima assisté de Dan Pascu et Matt Hawkins. De nombreuses autres personnes ont participé au projet et nous ne pouvons pas toutes les nommer. La caractéristique première de WM est bien son apparence. Les heureux qui connaissent NeXTStep trouveront plus que des similitudes. WM est la réplique exacte de l'interface NeXT.


next24.jpg

NeXT, le vrai!


Sa philosophie est également particulière et demande une certaine curiosité et une aptitude à oublier les vieilles habitudes. Nous y reviendrons.

 

Installation

Vous trouverez WM à l'adresse http://www.windowmaker.org ainsi que la bibliothèque indispensable à son fonctionnement, libPropList. Vous devez la télécharger obligatoirement et la compiler avant WM. Si vous avez déjà une version antérieure de cette bibliothèque, jetez-la! Vous pouvez télécharger Window Maker-extra-0.*.* si vous voulez des icônes ou des thèmes supplémentaires.

Vous aurez besoin aussi des bibliothèques correspondantes pour pouvoir compiler avec les supports jpeg, tiff... LISEZ les fichiers README et INSTALL avant compilation, ça vous évitera certains désagréments.

LISEZ les fichiers README et INSTALL avant compilation

En particulier, cette lecture vous informera des produits nécessaires et de leur version. Par exemple, vous ne pourrez pas installer WM sans lex et yacc (ou flex et bison à la place des deux précédents). Envisagez aussi l'installation de xgettext s'il ne figure pas dans votre distribution Linux (ou autres OS).

Les possesseurs de RedHat souhaitant installer une nouvelle version de WM devront supprimer la RPM fournie avec la distribution. Même punition pour les utilisateurs de SuSE. WM peut s'installer quasiment sur n'importe quelle machine Unix (et Linux est un Unix, on ne le dira jamais assez) mais parfois avec certaines particularités.


sgi.jpg

Window Maker sous Irix 6.5.3 (O2)

Les options de "configure" peuvent se révéler primordiales. Dans la distribution vous disposez aussi d'une FAQ. Une documentation relativement complète est disponible à différents formats. La lecture terminée (si,si!) vous pouvez entrer dans le vif du sujet:

./configure

make

make install

Si vous souhaitez utiliser WM avec GNOME ou KDE, il suffira d'un:

./configure --enable-gnome ou --enable-kde

Si vous utilisez Linux, lancez ldconfig après installation, en supposant que le chemin des bibliothèques figure bien dans le fichier ld.so.conf.
Pour ceux qui n'utilisent pas Linux, il faudra se servir de la variable LD_LIBRARY_PATH pour définir le chemin des bibliothèques.
Par défaut, tout est installé dans /usr/local. Cela devra bien sûr se trouver dans votre PATH. Sur certains OS, il est même nécessaire d'ajouter /usr/local/bin en première position dans le path. Même chose pour les bibliothèques: /usr/local/lib devra se trouver en tête du chemin sur des OS tels que Solaris.
Si vous ne pouvez pas vous "loger" en tant que root, la marche à suivre est indiquée dans les fichiers cités plus haut.

J'ai gardé le meilleur pour la fin: si la compilation n'est pas ce que vous préférez, WM existe sous forme de "packages" RPM, DPKG...

 

Utilisation


Configuration

Après avoir compilé et installé, lancez le programme wmaker.inst. Il crééra tous les répertoires et sous-répertoires requis ainsi qu'un fichier de démarrage du style .xinitrc ou .xsession dans votre répertoire home. Si vous avez bien repecté la marche à suivre, au prochain lancement de startx vous vous trouverez dans WM. Si vous utilisez xdm ou assimilé pour lancer votre session X, ce sera un tout petit peu plus compliqué. A partir de là, vous pouvez commencer à personnaliser votre interface.

- Préférences


Le programme WPrefs va vous permettre de gérer automatiquement les Préférences. Le parallèle avec NeXT prend ici toute sa saveur. C'est tout pareil!


wprefs.jpg

Préférences de Window Maker en 24 bits (1024x768)

Non seulement le fonctionnement est convivial mais il est évident. Des bulles d'aide peuvent vous aider si nécessaire. A vous de découvrir l'outil en question.

- Dock


LA particularité de WM héritée de NeXT, c'est le dock. Le dock est cette colonne d'icônes alignés sur la droite de votre écran. Chaque icône vous sert à lancer les applications correspondantes par un double-click. Comment "docker" une application? A vous de voir, ça fait partie du plaisir de la découverte! Vous préférez les menus? Ils sont entièrement paramétrables et ce de plusieurs manières, plus ou moins sophistiquées. A découvrir également. Tout cela est bien évidemment localisé dans la langue de votre choix.

- Clip


Dernière caractéristique et non la moindre, le clip.

C'est l'icône en haut à gauche de votre écran. Cet objet possède un nombre intéressant de fonctionnalités. Entre autres, il peut se substituer au pager.

Non, il n'y a pas de pager sous WM! Mais on s'en passe très bien... enfin pas tout le monde. Une fois sa philosophie assimilée, vous serez surpris par la puissance du clip et nombreux seront ceux qui ne souhaiteront plus avoir de pager. Si vous y tenez vraiment, vous pourrez utiliser les pagers des environnements supportés ou récupérer sur l'internet le bbpager de Blackbox à l'adresse: http://bbtools.windsofstorm.net


Affichage

Problème classique sous Linux, compte-tenu du nombre de configurations matérielles possible, l'affichage.

Quelle résolution, quelle profondeur?

C'est bien évidemment fonction des capacités de votre carte graphique. Si votre carte affiche en 24 bits, ce paragraphe est sans intérêt pour vous. Si elle affiche en 8 bits, il en va tout autrement.

Il vous faudra choisir le compromis entre la résolution et le nombre de couleurs dédié à WM. Dans WPrefs, les réglages pour l'affichage en 8 bits sont définis par défaut.

Gardez-les tels quels! Cela dit, rien ne vous empêche de jouer avec. Par contre, plus la résolution sera élevée, mieux ce sera. A vous de juger avec les images d'écran ci-dessous.
Dans le cas de Solaris on affiche en 1152x900 et dans le cas de l'Amiga en 1280x1024.
Afin d'économiser les ressources, évitez les thèmes ou les fonds d'écran en appliquant un fond uni. Testez différentes solutions mais rappelez-vous: il s'agit toujours d'un compromis.


sun.jpg

WM sous Solaris 2.6


amiga.jpg

WM sous RedHat 5.1 Amiga

 

Applications

Les applications disponibles sous Linux ou autre Unix libre fonctionnent bien sûr avec WM. Toutefois, des applications spécifiques sont disponibles. Il s'agit soit de petits utilitaires "dockables", soit d'applications plus conséquentes reprenant le "look" NeXT.
Les premières peuvent être trouvées à l'adresse http://www.BenSinclair.com et les autres seront accessibles à partir de http://www.linuxapps.com ou http://www.freshmeat.net
Nous pouvons citer le mailer postilion qui est la copie conforme du mailer de NeXT ou FSViewer qui est un gestionnaire de fichiers très ressemblant au modèle. Il en existe bien d'autres, il est par conséquent impossible de les citer tous.

 

GNUStep

Window Maker fait partie du projet GNUStep. Ce projet n'est autre que le portage d'OpenStep pour un maximum de plates-formes. OpenStep est l'environnement de développement objet de référence basé sur l'Objective C. Malheureusement, OpenStep, c'est aussi le début de la fin de NeXT. Il s'agissait de la greffe de NeXTStep sur d'autres OS (Solaris, Non Terminé...).
L'accent était mis sur le développement puisque, ne l'oublions pas, Interface Builder, l'extraordinaire outil de NeXT, est le "père" de tous les ateliers que nous connaissons aujourd'hui. A mon humble avis, il n'a jamais été égalé depuis.
Cette dernière tentative de NeXT fut un échec commercial comme tout ce qui a précédé. Paradoxalement, cette machine et cet OS si révolutionnaires n'ont pas réussi à conquérir le marché. Erreurs de marketing, produit mal ciblé puisqu'assimilé à des ordinateurs personnels et non à des stations de travail, par conséquent trop cher, NeXT a fermé ses portes pour être racheté par Apple. Gag? Le créateur de la société NeXT était le co-fondateur d'Apple, Steve Jobs!
Pourquoi ce petit rappel "historique"? Parce qu'une dizaine d'années plus tard, NeXT revient sous différentes formes. Une grande partie du monde du logiciel libre lance des projets basés sur l'apparence NeXT. GNUStep est l'exemple le plus marquant. N'hésitez pas à visiter http://www.gnustep.org.
Apple, lance enfin un OS multi-tâches, MAC OS X, qui n'est autre que NeXTStep à la sauce maison. Après avoir été rejeté, pillé (j'ai des noms, mais il suffit de regarder les photos d'écran pour se rendre compte), nombreux sont ceux qui réalisent que NeXT n'a pas vieilli. C'est dire l'avance qu'il possédait à sa sortie en 1987! (89 en France). Ce système était basé sur un noyau Mach très compact et il s'agissait d'un Unix BSD 4.2 au départ et 4.3 ensuite.
On aime ou pas, mais ça peut difficilement laisser indifférent.
Par conséquent, si vous vous sentez des affinités avec ce magnifique produit, Window Maker sera un premier pas dans la confrérie. Par la suite, rien ne vous empêche de participer aux différents projets.

 

Le futur

WM en est à la version 0.61.1. Il est très stable, relativement peu gourmand en ressources et il évolue très vite. Son orientation pourrait varier un peu dans la mesure où il est envisagé qu'il fasse partie du projet GNOME. On s'acheminerait peut-être alors vers deux produits distincts: le produit actuel et un produit intégré à GNOME. Attendons de voir!

En conclusion, si vous avez envie d'utiliser une interface graphique qui n'a plus rien à voir avec les produits du mégalo de Redmond, plongez sur Window Maker.

Amusez-vous bien!

 

Discussion sur cet article

Chaque article possède sa page de discussion. Vous pouvez y soumettre un commentaire ou lire ceux d´autres lecteurs:
 page de discussion 

Site Web maintenu par l´équipe d´édition LinuxFocus
© Georges Tarbouriech, FDL
LinuxFocus.org

Cliquez ici pour signaler une erreur ou envoyer un commentaire Linuxfocus

2001-03-18, generated by lfparser version 2.8