Sommaire Carte Index Recherche Nouvelles Archives Liens A propos
[Barre Superieure]
[Barre Inferieure]
[Photo of the Author]
par Harald Radke

L´auteur:
Harry étudie l'informatique à l'Université Technologique d'Aachen en Allemagne depuis 1994. Il a débuté sous Linux en 1995. Depuis, il joue avec, toujours surpris par la what a great piece of software it is. Il développe un peu sous X, aime les travaux graphiques et bien sûr, adore jouer. Ses autres passions sont : jouer aux jeux de société, lire de la science fiction, jouer (tant bien que mal !) de la guitare, cuisiner, pratiquer le Jiu Jitsu et passer du temps avec sa copine.

Sommaire:

Jeu : Test - FreeCiv

[Illustration]

Résumé:

FreeCiv est un logiciel libre, clone du jeu populaire de Sid Meier : Civilisation. Nous allons approfondir ce programme : du téléchargement aux bases du jeu. La version dont nous parlerons ici est la suivante : FreeCiv 1.8.3 Beta 3.



 

Introduction

FreeCiv est (comme son nom l'indique) un clone libre de Civ, Civ II, Civ Net, la série populaire créée par Sid Meier chez Microprose. Actuellement, FreeCiv ressemble à Civ I (même si les graphiques sont meilleurs), repsecte à peu près les règles de Civ II (bien que des modifications ont été apportées lorsque cela était nécessaire) et propose bien sur des possibilités de jeu multi-joueurs par le biais de l'internet.

En résumé, l'objectif des joueurs est de transformer leur nation de l'état de wandering tribes en une civilisation puissante, en créant des villes, en aménageant l'environnement, en effectuant des recherches scientifiques et en pratiquant des échanges (ou des combats) avec d'autres nations. Enfin, pour être honnête, le seul objectif est d'éliminer tous les adversaires et d'unifier le monde de cette manière. Les combats, les échanges et l'aménagement sont effectués par unités sur terre, air ou mer. Chaque unité a : des points de déplacement grâce auxquels son champ d'action est défini, des coéfficients d'attaque et de défense ainsi qu'un statut de dommages. FreeCiv est jeu basé sur des tours, mais où chaque joueur joue son tour en parallèle. Ainsi, chaque joueur qui a terminé son tour attend les autres joueurs. Dès qu'un joueur a terminé son tour ou qu'une durée maximale de (optionelle) a été atteinte, le tour suivant débute.

Je pense que FreeCiv est l'un des premiers grands projets de jeu sous Unix. Beaucoup de travail a été effectué pour créer ce jeu passionnant. Ainsi, nous disposons maintenant de beaux graphiques et d'une interface graphique au sommet de l'art. Le jeu consiste en deux programmes, un serveur (civserver) qui est responsable de la création du jeu et civclient, le programme utilisé par les utilisateurs pour jouer. Avant de pouvoir jouer, il est nécessaire de se connecter à un serveur avec le client, soit localement, soit sur l'internet.

 

Avant de commencer

Afin de compiler et/ou d'exécuter l'un ou l'autre des programmes, certains logiciels doivent être installés sur votre ordinateur.
Le fichier INSTALL de FreeCiv liste les pré-requis suivants :
 
civserver
    Environnement UNIX ou similaire 
    un compilateur C - si vous souhaitez le compiler à partir des sources
    le programme "make"

Le client a bien sur besoin des programmes ci-dessus. Les logiciels suivants doivent de plus être installés :
 

civclient
Client GTK+
Client Athena widget
    Système X-Window 
    Librairie GTK+ widget, Version 1.2.1 ou plus récente 
    Librairie Glib utility, Version 1.2.1 ou plus récente
    Librairie graphique Imlib, Version 1.9.2 ou plus récente
    Système X-Window
    Librairie Athena widget (Xaw) ou la version au look 3D
    Librairie XPM

Comme vous pouvez le voir, il y a deux versions du client, pour différents X widget sets. Depuis la version 1.8.0 (je pense), le client GTK est celui par défaut. GTK le Gimp ToolKit, offre une interface moderne, ainsi, si cela est possible, vous devriez choisir ce client.
Toutefois, si vous ne disposez pas du GTK ou bien que vous ne vouliez pas l'installer, vous pouvez choisir le client Athena. Ce widget set est fourni avec la plupart des distributions et il y a de fortes chances qu'il soit déjà installé. Le prix à payer en faisant ce choix est une interface graphique pauvre, vu que les Xaw widgets sont très "basiques".

 

Installation

Il y a deux manières d'obtenir et d'installer FreeCiv: Tous les packages peuvent être chargés sur la page principale de FreeCiv : http://www.freeciv.org.

Si vous souhaitez démarrer avec la version pré-compilée, procédez de la même manière que vous le faites lorsque vosu installez d'autres packages dans votre distribution.

Pour compiler et installer les sources, je vous suggèe à nouveau de lire le fichier INSTALL. Il traîte du processus d'installation de manière détaillée. Si vous le suivez pas à pas, vous ne devriez pas avoir de problème.

En résumé:

Bon, qu'est ce qui a été compilé et installé ? Bien sûr les deux programmes. L'idéal serait qu'ils soient dans un répertoire qui est dans la variable d'environnement PATH de telle manière que vous puissiez l'utiliser sans avoir à saisir le chemin d'accès complet.
En dehors des binaires, il y a plusieurs fichiers de données dont FreeCiv a besoin. Ce sont les fichiers d'images et les plans, les règles du jeu et bien d'autres... Ces fichiers devraient être alors situés dans un répertoire indépendant nommé FreeCiv et créé lors de l'appel de  make install.
Vous devriez maintenant être en mesure de démarrer le programme !

Note: Certaines distributions de Linux ont séparé des librairies telles que GTK et Imlib en deux packages, l'un contenant les librairies pour l'exécution des binaires les utilisant, l'autre contenant les headers et les fichiers de configuration. Faites attention à bien avoir installé les deux avant de compiler FreeCiv !

 

Préparer une partie

Comme dit ci-dessus, civserver doit être executé quelque part afin de rejoindre une partie et de jouer. Tous les paramètres de la partie sont contrôlés par ce programme, par exemple la taille du plan, le nombre de joueurs, le nieau initial en science et bien d'autres. Que vous souhaitiez jouer contre d'autres utilisateurs ou simplement contre l'ordinateur, il est nécessaire que le serveur tourne quelquepart !

Si vous souhaitez prendre part à une partie en réseau, appelez simplement le client en tapant civclient, la suite est décrite plus tard, vous n'avez pas à vous préoccuper de modifier les réglages du serveur (sauf si vous êtes celui qui démarre le serveur sur le réseau).

Ok, vous souhaitez maintenant démarrer une partie, pour jouer soit seul, soit à plusieurs. Lancez tout d'abord civserver. Cela va démarrer le serveur et vous donner accès à une ligne de commande sur le serveur. Tous les paramétrages sont contrôlés depuis cette ligne de commande. Pour obtenir des informations sur les paramètres que vous pouvez passer au serveur, lancez civserver avec l'option --help. Revenons, à la ligne de commande. Pour obtenir une vue d'ensemble de toutes les commandes, tapez help. Vous pouvez ajouter ou supprimer des joueurs, définir les joueurs qui sont en fait des ordinateurs (AI), décider du niveau de ces AI et, enfin, démarrer la partie.

Toutes les options concernant la partie (taille du plan, forme du plan ...) sont définies par des variables dont les valeurs peuvent être modifiées grâce à la commande set, par exemple : set xsize 100 positionne à 100 le nombre de cases sur l'horizontale.

Voici une liste de quelques commandes et une autre présentant quelques options du jeu.
Pour plus d'informations, vous pouvez regarder le fichier README fourni avec FreeCiv.
 

Commandes du serveur
help Affiche la liste des commandes du serveur 
explain nom Montre des informations sur nom (commande ou option) 
show Montre les paramètres actuels 
set var newval Positionne à newval l'option var
creat nom Crée un nouveau joueur nom qui permet aux gens de se "loger"
remove nom Supprime totalement le joueur nom
ai nom Change le paramètre AI sur le joueur nom (on/off) 
easy nom Définit le niveau du joueur (AI) nom
quit Termine la partie et arrête le serveur
start Démarre la partie
Options de la partie
xsize Taille horizontale du plan (en cases)
ysize Taille verticale du jeu (en cases)
generator Méthode pour générer un plan (tapez explain generator) 
techlevel Niveau de science initial 
timeout Nombre de secondes avant de forcer la fin
maxplayers Nombre maximum de joueurs 
settlers Nombre initial de colons 

Je vous recommande une nouvelle fois de lire le fichier README et de jouer avec les options et les commandes du serveur (help, show et explain seront vos amis !!).

Une chose à propos des méta-serveurs : Il y a actuellement deux méta-serveurs sur lesquels vous pouvez faire enregistrer les parties que vous avez créées. Ainsi, n'importe qui peut chercher une partie en cours et la rejoindre. Comme FreeCiv ne limite pas le nombre de joueurs, des parties très sympas peuvent ainsi être créées ! Pour vous enregistrer, le serveur dispose de la commande metaserver adr qui retourne les parties sur le serveur située à l'adresse adr. La commande meta msg permet au méta-serveur d'afficher les ligne msg en tant que commentaire de votre partie. Les méta-serveurs proposent ces informations sur des pages HTML.

 

Début de la partie

Que vous ayez votre propre serveur ou que vous vouliez vous connecter à un existant sur le net, l'étape suivante afin de jouer est de lancer le client civclient. La fenêtre pincipale va apparaître, ainsi qu'un dialogue de connexion vous demandant de saisir le nom du serveur désiré, son port (il y a une valeur par défaut que vous devrez essayer si on ne vous en a pas communiqué) et le nom du joueur. Ce dernier paramètre est le nom du joueur avec lequel vous voulez vous connecter au serveur. Ce nom est important si vous devez vous reconnecter au serveur durant le déroulement d'une partie suite à une déconnexion ou si l'accès au serveur est restreint (nombre de joueur maxi atteint ...). Ce nom vous identifie et vous permet de rejoindre une partie. Ce dialogue apparaît à chaque fois que votre client n'est pas connecté à un serveur.

Après vous être connecté, la fenêtre principale devient la plus intéressante. La plus grande fenêtre contient le monde de la partie. Au démarrage, elle affiche le logo de FreeCiv. A gauche, il y a un petit plan afin d'avoir une meilleure vue d'ensemble et quelques boutons et autre gadgets qui affichent et permettent de modifier certaines valeurs et autres réglages (pour votre empire, pas pour la partie !). La fenêtre du bas contient un dialogue en ligne où tous les joueurs actuels peuvent s'envoyer des messages (soit à tous, soit à un joueur seulement) et dans lequel apparaîssent les messages de la partie.

Après que les paramètres sont vérifiés et acceptés par les joueurs (tapez /show pour les voir), le joueur qui administre le serveur peut démarrer la partie. A ce moment chaque joueur sélectionne une race et nomme l'empereur. Chaque race ne peut être sélectionnée que par un joueur.

 

Le monde

Selon les réglages du serveur, le monde est généré avec diverses îles qui hébergent chacune un certain nombre de joueurs et sont couvertes par différents types de terrain. Ces types de terrain, qui vont de la glace et la plaine au désert et à la montagne, fournissent une certaine quantité de nourriture, de ressources et d'échanges, qui affectent la croissance et la santé de vos villes.

Votre empire, actuellement formé par vos villes, peut être gouverné de manières différentes. Il y a en effet différents types de gouvernements tels que : anarchie, communisme et démocratie. Chacun a ses avantages et ses limites. Ainsi, vous seul pouvez choisir le meilleur selon la situation.

Votre budget est limité, donc vous devez décider comment vous souhaitez l'équilibrer entre science, taxes et luxe. Cet équilibre va influencer votre race dans la recherche scientifique, la santé et le trésor de votre nation.


Fenêtre principale de FreeCiv

Prenez note de ces zones noires de la fenêtre de jeu. Ces espaces sont des terres inconnues que vous n'avez pas encore explorées. Comme dit précédemment, vous pouvez communiquer avec les autres joueurs ou seulement avec un d'entre eux. Pour ce faire, utilisez le dialogue en ligne en bas de l'écran. Pour envoyer un message privé, débutez votre message par le nom du joueur suivi de `:' .

 

Les villes

Comme nous l'avons déja dit, vos villes constituent votre empire. Il ne tient qu'à vous de découvrir et conquérir de nouvelles villes, de les faire évoluer et de conserver leur population.

Chaque ville se sert des terrains environnants pour obtenir sa nourriture, ses ressources, ses échanges et son argent. Vous devez irriguer les plaines, aplanir les montagnes et construire des routes afin de disposer de plus de campagne. Chaque carreau peut être utilisé par une ville, donc faîtes attention à la création des villes afin qu'elles ne limitent pas leur croissance mutuellement


Dialogue d'une ville

Vous pouvez augmenter la recherche, les taxes ou les loisirs en ajoutant des spécialistes dans chacun de ces domaines à la population des villes. Mais pour chaque spécialiste, vous devez renoncer à un carreau de la ville, ce qui aura un impact sur les recettes de la ville, sur la production de nourriture ... Ainsi, rélféchissez bien à chacune de vos actions !!

Une ville ne peut continuer à grandir que si certains bâtiments sont construits. Certaines constructions contentent la population, d'autres augmentent les recettes des impôts ou bien supportent la recherche scientifique. Un ensemble de bâtiments spéciaux - les merveilles du monde - vous donnent des capacités uniques si c'est vous qui les avez construit. Chaque merveille ne peut être construite qu'une fois. Pour les constructions normales, vous devez payer une somme par tour afin de les entretenir.

De temps en temps, vos citoyens ne sont pas contents et commencent à manifester. Vous pouvez restaurer l'ordre en augmentant le nombre d'artistes dans la ville ou en construisant certains bâtiments.

Les constructions sont faites avec les points de construction acquis grâce aux ressources des carreaux qui entourent la ville. Chaque tour, ces points sont convertis en la création d'un monument ou d'une unité. La plupart du temps, une construction prend plus d'un tour. Cela peut être accéléré en payant pour les points de production manquants.

La nourriture est nécessaire afin d'empêcher les citoyens d'avoir faim et de faire croître la population. Si les carreaux de la ville sont pauvres ou que vous avez trop de champs dédiés aux scientifiques ou aux loisirs, la ville risque de se trouver à cours de nourriture et la population va décroître.

 

Les unités

Chaque action en dehors de la ville est faîte par une unité, que ce soit sur terre, mer ou dans les airs. Presque toutes les unités sont des unités de combat, afin de protéger votre empire et de libérer les villes étrangères. Chaque unité dispose d'une certaine valeur pour ses capacités d'attaque et de défense ainsi de points de dommage et de mouvement.

Les unités sont créées dans les ville de la même manière que les bâtiments. Elles doivent aussi être alimentées en nourriture et/ou en points de production, selon le nombre d'unités construites par une ville et le type actuel de gouvernement.

Le déplacement des unités s'effectue grâce aux touches flêchées, ou bien en lui assignant une destination. Dans ce dernier cas, l'ordinateur va les déplacer à chaque tour, jusqu'à ce que la position souhaitée soit atteinte ou que vous déplaciez votre unité vous même.

Le combat s'effectue en déplacant une unité d'attaque sur une unité de défense. Selon les valeurs d'attaque et de défense et les points de dommage, une des unités est battue. Si le défenseur est battu et qu'il y avait plus d'une unité sur le terrain attaqué, toutes sont détruites !

L'attaque d'une ville est un peu différente. Vous devez détruire chaque unité de la ville une par une. Celà peut être plus difficile car chaque unité de la ville dispose d'un bonus de défense pour la ville. De plus, le style de terrain sur lequel est situé la ville peut donner un autre bonus de défense, de même que certains bâtiments. Chaque fois que les unités défendant une ville sont vaincues, la population de la ville diminue (sauf si la ville est entourée d'une muraille).

Il y a toutes les sortes d'unité : de simples hommes, des mousquetaires, des frégates, des jets, des missiles nucléaires et bien d'autres. Notez que les unités aériennes (mis à part les hélicoptères) doivent avoir rejoint une ville, un porteur ou une base avant que leur dernier point de mouvement n'ait disparu !

Mais peut être que l'unité la plus importante est celle des colons (ou des ingénieurs, plus tard). Les colons créent des villes, aménagent le terrain, irriguent, construisent des routes et des forteresses et nettoient les carreaux de la polution causée par d'importantes activités industrielles ou autres retombées nucléaires. Vous en avez toujours besoin, donc faîtes attention à eux. Les colons sont créés de la même manière que les autres unités, mais ils seront recrutés dans la population de la ville et ainsi la feront diminuer.

 

La science

Vous ne pouvez créer que des unités et des bâtiments qui sont fournis par la science que vous avez déja découverte. il en est de même avec le gouvernement. Si votre recherche scientifique stagne, votre empire entier en fera de même pendant que les autres races continueront, construiront des villes plus grandes et vous menaceront avec des armes plus puissantes.


Dialogue/Rapport de science

La science est acquise en dépensant une certaine quantité des recettes pour elle et en lui construisant des bâtiments spécifiques dans les villes. Vous pouvez aussi négocier avec d'autre joueurs et échanger des connaissances. Avant de décider quelle science vous devez découvrir, vous devriez toujours regarder ce dont vous aurez besoin dans un proche futur. Il y a une vue d'ensemble des sciences dans le menu aide, ou vous pouvez regarder et trouver celle que vous devez approfondir pour acquérir un certain savoir.

 

La diplomatie

Bien sûr, vous pouvez combattre contre chaque joueur qui se présente. Vous pouvez traverser toutes les mers et tout explorer seul. Il ne fait aucun doute qu'il est possible d'acquérir toute la connaissance seul ... Mais il est toujours bon d'avoir un ou plusieurs amis puisque c'est un monde réellement dur. Vous pourrez ainsi vous entraider dans les combats contre les ennemis, échanger les cartes de certaines parties du monde que vous avez déja vues et changer le savoir. La diplomatie est quelque chose que vous ne devriez pas sous-estimer, surtout si vous jouez avec beaucoup d'autre joueurs.

La diplomatie demande d'établir une ambassade de l'autre côté. Cela se fait par des diplomates, une unité spéciale. Mais cette unité fait plus qu'établir des ambassades. Avec elle, vous pouvez essayer de convertir des unités ennemies, de voler du savoir (aléatoire), de saboter la production dans une ville ou de faire débuter une révolte qui peut faire venir la ville à vos côtés. La diplomatie n'est elle pas merveilleuse ;-)

 

Statistiques et aide

Le menu jeu vous propose, mis à part les commandes du jeu, des informations à propos de votre empire et sa place dans le monde, ainsi que des moyens d'obtenir des informations à propos des unités, des bâtiments, des types de terrain et bien plus encore. C'est très utile afin de préparer les tours à venir ou de faire la guerre.


Rapport démographique

Vous devrez aussi jeter un coup d'oeil aux statistiques. Vous aurez peut être ainsi un indice que quelque chose va mal (si votre rang parmi les joueurs est faible dans un ou plusieurs domaines).

 

Changer les graphiques et les règles

Il est possible de modifier l'apparence des unités et des carreaux de la carte. Ces fichiers se trouvent dans le répertoire des données dont nous avons parlé plus haut. Ainsi, vous aurez l'aspect que vous souhaitez pour votre jeu. C'est agréable s'il y a certains points que vous détestez dans la partie. Pas de problème, vous pouvez, jusqu'à un certain point, ajuster la partie à vos souhaits. Pour trouver plus d'informations sur la modification des graphiques et des règles, regardez les fichiers README.graphics et README.rulesets.

Un mot sur ces fichiers : ils sont disponibles avec le code source de FreeCiv. Je ne sais pas s'ils sont aussi inclus dans les packages binaires. S'ils n'y sont pas, vous devriez aussi les trouver sur le web ou (le cas échéant) vous devrez récupérer l'archive des sources.

 

En conclusion...

Malheureusement, cet article ne peut vous donner qu'un faible aperçu de FreeCiv. Il y a vraiment beaucoup d'autres choses a découvrir et bien des manières de jouer. J'espère simplement que vous avez maintenant une première impression de la complexité de ce jeu, chose qui attirera sûrement les gens qui aiment les jeux de stratégie. D'un autre côté, il n'est pas si compliqué que çà et vous vous prendrez vite au jeu, après quelques parties... La meilleure chose que vous puissiez faire : récupérer les fichiers, la doc et jouer avec !

Personnellement, j'ai joué à FreeCiv de longues heures. Malheureusement, j'ai quitté les cités étudiantes et leurs connexions permanentes à internet. Depuis, je suis obligé d'utiliser les bonnes vieilles lignes téléphoniques qui sont tout de même relativement chères. Mais croyez moi, FreeCiv est un jeu auquel vous pouvez jouer à la maison, soit contre l'intelligence artificielle, soit contre d'autres humains. Des parties de FreeCiv où les amis apportent leurs machines de maison en maison afin de se connecter entre eux existent, donc faites attention, c'est vraiment un jeu très attractif ;-)))

Que va apporter le futur à FreeCiv? Il ya toujours du travail pour les programmeurs. ils travaillent sur le jeu lui-même, ajoutent plus de possibilités, telles que celles qui enrichissent les règles de Civilization II. Je pense (et j'espère) que les graphiques vont être améliorés, de belles images et des animations seraient un festin pour les yeux. Le moteur d'affichage pourrait aussi passer d'un aspect purement 2D à une vue isométrique. Il n'y a actuellement pas de son ni de musique, qui sait ce que le futur nous réserve ? Pour en savoir plus, allez voir le site de FreeCiv ...

 

Références


Site Web maintenu par l´équipe d´édition LinuxFocus
© Harald Radke
LinuxFocus 2000

Cliquez ici pour signaler une erreur ou envoyer un commentaire Linuxfocus
Translationinformation:
en -> -- Harald Radke
en -> fr Eric Benard

2000-04-15, generated by lfparser version 1.2b